Promotion et rayonnement de la langue française.

Maintenir la qualité de notre langue, sans laxisme ni purisme.

La francophonie aujourd'hui


La situation de la francophonie dans le monde est assez méconnue. Il est pourtant facile de connaître les chiffres relatifs à la pratique de la langue française de nos jours puisqu’il existe un observatoire de la Francophonie qui s’occupe spécifiquement de cette réalité et qui dépend de l’O.I.F. (Organisation Internationale de la Francophonie), dont le siège est à Paris et dont la secrétaire générale est la Canadienne Michaëlle Jean.
L’O.I.F., rappelons-le, regroupe 80 pays du monde entier, répartis sur les cinq continents, dont 57 états membres et 23 états observateurs. Ce seul chiffre, souvent méconnu comme beaucoup d’autres liés à la Francophonie, illustre en lui-même l’importance et l’attraction de notre langue : Plus du tiers des états membres de l’Organisation des Nations-unies (O.N.U.) est lié à la Francophonie !
Ces 80 pays représentent une population totale de près de 900 millions de personnes mais toutes, loin s’en faut bien sûr, ne parlent pas le Français. l’O.I.F. a donc procédé à un inventaire détaillé des francophones du monde entier, en retenant un critère précis : il ne suffit pas de parler et de comprendre le Français quotidiennement pour être considéré comme francophone, il faut aussi être capable de le lire et de l’écrire. Voici le résultat obtenu pour l’année 2016 : "Au total, ce sont 274 millions de personnes qui peuvent être définies comme francophones, de façon certaine, sachant que ce calcul est minimaliste".
Bien plus, l’O.I.F. prévoit que la population des Francophones atteindra au moins les 500 millions au milieu du 21° siècle (vous avez bien lu : plus d’un demi-milliard de francophones annoncé pour 2050 !) ; cette projection s’appuie notamment sur le fait que 60% des Francophones d’aujourd’hui ont moins de 30 ans et que l’Afrique subsaharienne qui compte déjà  près de 90 millions de Francophones à elle seule est la région du monde dont la population va le plus s’accroître dans les décennies à venir, avant de se stabiliser, là comme ailleurs. Les dernières estimations donnent même entre 800 et 900 millions de francophones pour la fin de siècle ! Le français (re)deviendra donc bientôt l’une des toutes premières langues les plus parlées au monde.
Cette réalité peut être complétée par d’autres repères, par exemple :
- Il existe environ 6000 langues sur terre et Le Français fait partie des très rares langues parlées et apprises sur les cinq continents (en réalité, il n’y en que deux : l’anglais et le français).
- Le Français est la troisième langue de la Toile (après l’anglais et l’allemand).
- L’espace francophone représente 19% du commerce mondial des marchandises.
- Le Français est langue officielle dans 32 pays du monde.
- Le Français est la 2° langue maternelle de l’Union Européenne (après l’allemand) et sa seconde langue de travail (derrière l’anglais mais après le brexit, il est possible que les choses changent ; avant l’adhésion de la Grande Bretagne à l’Union Européenne, le français était la première langue de travail)).
Ces quelques chiffres, qui parlent d’eux-mêmes et qui sont pourtant largement ignorés, délimitent un espace francophone important et en pleine évolution. A eux seuls, ils rappellent que le français reste une des grandes langues internationales.




Alain SULMON

Le français, langue de l’Abstraction



Dans son livre Mignonne, allons voir si la rose…, François Cavanna, le célèbre journaliste-écrivain, parmi les qualités qu’il attribue à la langue française, déclare qu’elle est, entre autres, "la plus propice à l’abstraction". De même Léopold Senghor affirmait que les langues africaines et le français étaient des langues de proximité car elles étaient toutes "éminemment poétiques" et, lorsqu’on lui demandait ce qu’avait alors apporté le Français à ces langues, il répondait sans hésitation "le Français nous a fait don de ses mots abstraits - si rares dans nos langues maternelles - et ces mots français sont apparus comme des diamants éclairant la nuit".

Revenons près de mille ans en arrière, c’est à dire au 11° siècle, très exactement en 1066 : lorsque Guillaume le Conquérant (que nos amis anglais, toujours avenants, appellent Guillaume le "Bâtard") envahit l’Angleterre et y apporte avec lui la langue française (il s’agissait en fait d’une forme de l’ancien français appelée improprement anglo-normand et qui est en réalité le franco-normand), il va engager un processus d’évolution considérable de la langue anglaise : celle-ci va s’enrichir progressivement, à plus de 50%, d’un vocabulaire nouveau, venu de notre langue romane, mais cet apport sémantique n’est pas uniquement quantitatif, il est aussi qualitatif puisqu’une double sémantique va se mettre en place laissant aux vocables anglo-saxons le champ du concret et du sensoriel, et accordant aux mots en provenance du français le champ du conceptuel et de la rhétorique. De véritables paires de mots de sens à peu près équivalents vont apparaître en fonctionnant sur le principe d’un usage adapté à la vie pratique pour le mot d’origine anglo-saxonne et d’un usage littéraire pour le mot d’origine romane : to abide by/to submit to (se soumettre à), to bump into/to collide with (entrer en collison avec), to fight/to combat (se battre), to squeal/to cry out (pousser des cris), squeamish/prudish (prude), tailspin/depression (dépression), etc., etc. (ces quelques exemples sont repris du livre de Phillippe Lalanne-Berdouticq Pourquoi parler français ? paru aux éditions Fleurus). L’emprunt de l’anglais au français est donc bien plus qu’une simple importation quantitative de vocables, c’est un phénomène culturel qui permet à la langue anglaise, à compter du 11° siècle, de s’enrichir et d’évoluer vers une nouvelle dimension de conceptualisation, comme le rappelle également le linguiste Claude Hagège dans son livre intitulé Contre la pensée unique paru aux Editions Odile Jacob.

Ainsi donc, à mille ans d’intervalle, l’apport de la langue française est de même nature, elle "fait le don de l’abstraction" ; observons d’ailleurs que, dans beaucoup de langues, notamment européennes, le vocabulaire abstrait, au fil des siècles, s’est souvent lui aussi imprégné de nombreux mots d’origine française. Tout se passe comme si, dès sa gestation, le français avait pour destinée de contribuer au développement de la pensée conceptuelle. On lira utilement à ce sujet l’ouvrage du philosophe Michel Serres paru aux éditions Fayard : Eloge de la philosophie en langue française. Il faut dire que le français a bien été aidé en cela par l’étymologie gréco-latine de sa sémantique, dans laquelle il a pu largement puiser.

Illustrons par un autre exemple cette propension du Français à la conceptualisation en revenant au XXème siècle et à Léopold Senghor. Celui-ci, avec l’Antillais Aimé Césaire et quelques autres, est à l’origine, à partir des années trente, du concept de Négritude défini comme "un ensemble de valeurs du monde noir, c’est à dire une certaine présence au monde et à l’univers". Il est intéressant de constater la différence d’approche et de conscientisation plus tardive de la même réalité dans le monde anglo-saxon où va naître, dans les années soixante aux Etats-Unis, le Black Power, organisation d’ailleurs assez disparate, définie comme mouvement pour les droits civiques. On voit bien qu’il s’agit, en francophonie, d’un processus intellectuel : "la Négritude est nécessaire au monde car elle est un humanisme d’aujourd’hui et demain " écrit Léopold Senghor, au contraire du Black Power, en prise directe sur un contexte socio-économique sur lequel il veut agir : "Notre lutte est une lutte des classes et non une lutte des races" déclarait Bobby Seale, co-fondateur des Black Panthers. Quant à elle, bien dans la tradition francophone, la Négritude est une démarche conceptuelle, qui gagne en intemporalité ce qu’elle perd en pragmatisme : "La Négritude dans la francophonie, c’est la civilisation de l’Universel riche de tous les particuliers" déclarera Léopold Senghor lors de son discours d’entrée à l’Académie Française.

A travers ces différents exemples, nous voyons que la démarche naturelle et spécifique de la langue française vers l’abstraction est non seulement ancienne et permanente, mais qu’elle est en quelque sorte contagieuse se transmettant dans le temps et dans l’espace, de proche en proche, et d’une langue à l’autre, comme par capillarité. - Et justement le mot capillarité qui apparaît en 1820 est utilisé pour la première fois dans une œuvre littéraire en 1832, précisément dans le roman Louis Lambert de Balzac ; dès lors le terme va se répandre dans de nombreuses langues : cela donnera kapilarität en allemand, capillarita en italien, capilaridad en espagnol, capilaridade en portugais, kapillyarnost’ en russe, kapilarnosc en polonais, capillarity en anglais, kapilyarnist’ en ukrainien, capilaritat en catalan, etc. Observez que ce mot, tout comme les autres, va harmonieusement s’intégrer dans ces différentes langues et en respecter l’assonance, la prononciation ainsi que la graphie, jusqu’à permettre aux autochtones d’ignorer même qu’il est d’origine étrangère, mais le don le plus généreux n’est-il pas précisément celui qui est méconnu de son récipiendaire ? C’est une différence notable avec le processus actuel d’importation des mots, notamment d’origine anglo-saxonne, qui n’ont plus le temps de s’adapter à la langue de réception et dont la brutalité de l’intrusion s’apparente plus à une invasion qu’à une évolution. Nous aurons peut-être l’occasion de reparler de ce phénomène dans un prochain article.

Récemment encore, dans un entretien accordé au journal La Croix et paru le samedi 22 juin 2019, l’écrivaine israélienne Betty Rojtman a réaffirmé cette dimension de la langue française : se voulant «  être la plus française possible en Israël », elle ajoute « je me suis servie de mes deux cultures, me rendant compte que l’une est fécondée par l’autre », tout en précisant que, pour elle, l’apport spécifique de la langue française, c’est justement  « l’univers de la pensée » et « la capacité d’abstraction ».

Pour terminer, redonnons la parole à Léopold Senghor qui, dans la postface de Ethiopiques, résume bien les qualités de la langue française : clarté, précision, élégance, rigueur, tendance à la conceptualisation, fécondité créatrice,…"Je ne reviendrai pas sur ses qualités d’ordre et de clarté qui ont fait du français une langue universelle, et singulièrement la langue de la science et de la diplomatie. Ce que je veux ajouter, c’est que le français est une langue de littérature, une langue poétique, apte à exprimer aussi bien les sentiments les plus nobles, les plus forts, que les plus délicats et les plus troubles, aussi bien le soleil de l’Esprit que la nuit abyssale de l’Inconscient ". Voilà qui nous ouvre encore de nouveaux horizons…